Emblème de la lutte antidopage hexagonale, le laboratoire de Châtenay-Malabry, a été provisoirement suspendu en raison d’une contamination d’échantillons, a annoncé, lundi 26 septembre, l’Agence mondiale antidopage (AMA).
« Du fait de cette suspension provisoire, le laboratoire de Paris ne peut mener aucune activité antidopage, y compris des analyses d’échantillons d’urine et de sang », précise l’AMA dans un communiqué. Par conséquent, le seul laboratoire antidopage français, qui a traité environ 13 500 échantillons en 2016, ne pourra plus mener d’analyses tant que l’AMA ne l’autorisera pas à nouveau, et les échantillons n’ayant pas encore été analysés devront être transportés vers un autre laboratoire accrédité.
Dans un communiqué, l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) précise, mardi, que cette « précaution temporaire » intervient à la suite du « signalement par le laboratoire lui-même de dysfonctionnements ponctuels intervenus dans des circonstances exceptionnelles au cours du processus d’analyse. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sport/article/2017/09/26/le-laboratoire-antidopage-francais-provisoirement-suspendu-en-raison-d-une-contamination-d-echantillons_5191863_3242.html#O7HSzGbWdmgavJjH.99