Je souhaitais faire un petit point sur les additifs alimentaires.

Il est vrai qu’il y a de plus en plus d’articles qui permettent d’éclairer un peu plus les consommateurs sur ce problème car j’ai l’impression que cela n’est pas encore pris très au sérieux.
Je ne vais pas reparler ici de toutes incohérences scientifiques concernant les additifs alimentaires mais au moins les principales.

1) Les additifs alimentaires :

Avant toutes choses, il est important de comprendre que les techniques actuelles qui permettent d’établir la toxicité ou l’absence de toxicité d’un additif, sont basées sur des hypothèses.

Même au sein de nos organismes de contrôles officiels, ils ne sont pas d’accord entre eux sur la façon de faire. En attendant qu’ils s’entendent, nous on continue à ingérer quotidiennement des produits aux effets inconnus.
Sans rentrer dans le détail (je vais mettre des liens détaillés pour ceux qui souhaite approfondir), les données concernant les doses maximales d’additifs administrées à l’humain sont toutes approximatives.

Les tests pour connaître les doses maximales des additifs sont pratiqués sur souris ou rats, puis un calcul permet d’appliquer théoriquement ce résultat à l’homme. Je pense que vous l’aurez compris, il est évident que des résultats sur des rats de laboratoire ne peuvent et ne pourront jamais être valable pour l’homme même avec l’équation «théorique» la plus élaborée.

Actuellement, on est loin de tout connaître sur le fonctionnement du corps humain, pour preuve les différentes études qui sortent chaque année avec de nouvelles informations contredisant les anciennes.

Malgré cela, les industriels intègrent de plus en plus de ces additifs dans notre quotidien.  Pour faire évoluer les traitements médicaux ou autres , il est compréhensible que l’utilisation de nouvelles molécules aux effets inconnus soient utilisées ou testées.

Mais concernant le reste, pour ma part, il me semble inconscient de faire ingérer à un organisme que l’on ne connais pas parfaitement , des molécules chimiques aux effets reconnus comme néfaste et approuvé par des études; et ce pour des raisons purement commerciales ( goût, couleurs, conservation, stabilisant, épaississant…). En plus de ça, Ils testent les molécules seules, alors que nous nous retrouvons très souvent avec des aliments contenant 5 ou 6 additifs différents dont leurs interactions sont inconnues.
Enfin bref, je me doute que tout cela est des fois trop pointu et que ça prend du temps d’approfondir.

Cependant, il est important d’en avoir conscience, ne serait ce que pour notre santé mais également pour ce qui nous intéresse le plus ici, la performance.

 

2) Additifs et performance

 le simple fait de limiter les additifs permet une augmentation importante des performances.

Les additifs sont vraiment très présents dans le sport, surtout dans le culturisme et les sports de combats.

Ce sont des sports où les repas sont fréquents et la prise de compléments alimentaires intégrée au quotidien sur des longues périodes. Lorsque les compléments ne sont pas bien sélectionnés, on se retrouve avec une quantité astronomique d’additifs cumulant ceux de l’alimentation et des suppléments.

Dans ma pratique et les suivis que je fais, je me suis rendu compte que le simple fait de limiter les additifs permet une augmentation importante des performances.

D’ailleurs beaucoup de sportifs pensent que leur énergie diminue avec le temps à cause de l’âge. Même s’il est évident que ce facteur joue un rôle dans cette diminution, il y a en fait, d’abord une diminution de l’énergie par l’affaiblissement du tube digestif sur le long terme par l’excès d’additifs alimentaires.

On notera que la diminution de l’énergie est l’effet le moins gênant des additifs. Pas besoin d’être biochimiste ou de chercher longuement des études sur le sujet pour comprendre.

Tout ce qui sera intégré à la préparation d’un sportif, qui à un effet négatif sur ses fonctions métaboliques réduira plus ou moins ses capacités physiques, logique non ?  Il suffit de consulter les listes des additifs, qui sont classés par toxicité et où l’on vous précise sur quel organe il agit ou peut agir négativement.

Concernant les deux sports cités plus haut, il sera fortement conseillé de limiter tous ceux qui ralentissent la digestion (foie, estomac, intestin…) ainsi que ceux ayant un impact sur la circulation du sang. Et je pense que pour les sportifs de haut niveau, il faut les supprimer de l’alimentation, au moins pendant les grosses préparations.

Il est évident, que nous avons tous des capacités différentes de réagir, d’éliminer ces additifs, et que l’effet sur la réduction de l’énergie sera plus ou moins important selon les personnes.

Ceci dit, je vous invite à tester pendant quelques mois, en limitant les additifs alimentaires, et en étant plus attentif avec votre alimentation/complément, vous jugerez par vous-même. Je conseillerai même lors de ce test, si vous le faîtes, de limiter au maximum les produits industriels et de prendre les légumes le moins traités possible. Il se trouve que ce qui est expliqué pour les additifs et valable pour les pesticides. Vous verrez, ça change tout.

Même si dans le Bio on retrouve toujours des traces de pesticides, il y en aura toujours moins, et concernant les additifs, ils sont en général inexistants.

 

Voilà mon avis sur le sujet. En tout cas en pratique, l’analyse des bienfaits de leurs diminution, voir suppression est rapide, et il y a une réelle importance à prendre en compte ce points en considération dans les suivis sportifs.

Dans la théorie, avec les montagnes de nouvelles d’informations chaque mois, je ne serai pas étonné qu’il y est pleins d’éléments nouveaux, sur le sujet, alors n’hésitez pas à réagir si vous avez des infos.

 

Documentaire très intéressant sur le sujet :

[youtube url=”http://www.youtube.com/watch?v=hdapbVnt5qI” autohide=”0″]

 

Voici quelques liens pour appréhender le problème des additifs alimentaires, pour ceux qui souhaitent en savoir un peu plus.

[signoff icon=”attention”]

[/signoff]

 

Amis sportifs, réveillons nous…

 

A bientôt